Historique

Historique

Administration BuildingLe terrain de Waypoint Centre de soins de santé mentale et les environs sont empreints d’histoire. En effet, le gouverneur John Graves Simcoe avait choisi l’emplacement original de 380 acres comme base navale et militaire pour protéger les Grands Lacs d’amont contre la menace américaine au lendemain de la guerre de 1812. Perché à l’entrée du port de Penetanguishene, cet emplacement conserve sa vue imprenable sur Severn Sound. Pendant les années 1960, on a transformé quelque 60 acres en parc historique afin d’assurer la préservation des lieux, maintenant connu Havre de la découverte.

L’aménagement d’un site militaire dans la brousse a favorisé le développement de la région. Une ville a commencé à bourgeonner près du port afin de servir les secteurs de l’exploitation forestière et de l’agriculture ainsi que les forces armées, y compris un pub qui se situait probablement à la périphérie du terrain de l’hôpital actuel. Plusieurs héros victoriens, tels que Sir John Franklin (qui périt plus tard en quête du Passage du Nord-Ouest), ont visité le site militaire jusqu’à ce qu’il soit déclassé et remis au gouvernement du Haut-Canada en 1855. 


Boys Reformatory Dining RoomEn 1859, on a établi le Boys Reformatory of Upper Canada dans les casernes abandonnées, ce qui a permis de maintenir le lien économique entre les gens de la place et les établissements du gouvernement. En 1870, un incendie a décimé les casernes et un nouvel immeuble a été construit. On a choisi pour cet immeuble un emplacement plus élevé sur la colline et les garçons ont constitué la main-d’œuvre nécessaire à la construction. Les pierres des anciennes casernes ont servi à bâtir la fondation et les nouvelles pierres ont été extraites de Quarry Island à Severn Sound. La structure qui en a résulté, qu’on appelle aujourd’hui édifice administratif de Waypoint, est la plus ancienne structure des lieux et figure parmi plusieurs lieux historiques inscrits. 

En 1904, il était évident, pour diverses raisons, que Penetanguishene n’était pas un endroit convenable pour le Boys Reformatory. Les garçons qui y étaient encore ont été dispersés dans d’autres établissements provinciaux ou communautaires et l’immeuble a été converti en « asile pour les fous ». Le premier directeur de l’hôpital, le Dr Philip Spohn, était aussi le premier préfet de la ville de Penetanguishene. Un vaste programme d’agriculture mené à bien par les patients a rendu l’établissement autonome en matière de production alimentaire – en fait, il fournissait viande, fruits et légumes à d’autres établissements provinciaux. Toutefois, vers le milieu des années 1960, les exigences de la thérapie moderne et le rétrécissement de la population des patients ont entraîné l’élimination graduelle de ce programme. 

Patient Ward 
 Farm with Cows   Gardens

 


La plupart des membres du personnel vivaient sur place soit dans les sections résidentielles des immeubles les plus grands ou dans des maisons de bardeaux en bois blanc. Le directeur logeait dans le grand manoir victorien situé en périphérie du terrain, lequel abrite maintenant la maison de transition Pineview pour adultes accusant un retard de développement. Ce manoir, aussi inscrit au répertoire des lieux historiques, jouit de la meilleure vue sur le port de Penetanguishene. On y trouvait autrefois un terrain de tennis gazonné. En 1978, le Dr Barry Boyd, dernier à avoir habité dans le manoir, a pris sa retraite en tant que directeur médical. Depuis 1974, Waypoint compte un administrateur distinct (aujourd’hui appelé président-directeur général) et un directeur médical (aujourd’hui appelé psychiatre en chef). De nos jours, tous les membres du personnel vivent hors des lieux. 

                        Superintendent's House     Staff Residences

En 1933, on a bâti les quatre premières salles communes de l’édifice Oak Ridge. Cet immeuble qui, à l’origine, devait assurer des soins en milieu surveillé aux « criminels aliénés » était, à l’époque, le seul établissement de son genre au Canada. Durant cette période, on a rebaptisé l’ensemble de l’établissement Ontario Hospital. Avant 1933, les contrevenants souffrant de troubles mentaux étaient expédiés un peu partout dans la province vers des endroits pratiques. Comme, au début, il était rare que les patients aillent ailleurs, au milieu des années 1950, on a ajouté quatre autres salles communes à l’édifice Oak Ridge, portant ainsi la capacité de l’établissement à 300 patients.

En 1967, les édifices Brébeuf et Bayfield ont ouvert leurs portes. D’abord conçus comme des immeubles à appartements visant à simuler la vie dans la communauté, ils sont aujourd’hui tous deux des centres de traitement actif. 

       Oak Ridge 1955   Bayfield and Brébeuf  Bayfield and Brébeuf

Les médicaments psychotropes mis au point à la fin des années 1950 et l’élaboration d’un modèle de réadaptation psychosocial ont permis la stabilisation et la mise en congé de bon nombre de patients qui, autrefois, étaient confinés dans des hôpitaux psychiatriques. La tendance à la désinstitutionalisation au profit des placements qui conviennent dans la communauté se poursuit aujourd’hui. 

Toanche Buliding 1971Vers 1970, le nombre de patients hospitalisés a atteint un sommet historique, soit environ 650. En 1969, l’établissement a changé de nom pour devenir le Centre de santé mentale et la nouvelle grande structure, soit l’édifice Toanche, a été mise en chantier. Toanche était le nom d’un grand village huron, disparu depuis longtemps, qui se trouvait de l’autre côté du port. 

Alors que la construction du Centre d'activités Oak Ridge en 1989 avec une nouvelle piscine et salle de gym était un ajout bienvenu, plaidoyer pour le nouveau bâtiment avait déjà commencé. C'était un rêve qui prendrait près de 30 ans à réaliser.

En mars 2007, le gouvernement de l’Ontario a inclus la reconstruction d’Oak Ridge dans son budget. Peu après, en décembre 2008, le ministère de la Santé et des Soins de longue durée a cédé Waypoint à une corporation hospitalière publique. Nous sommes parrainés par la Société catholique ontarienne de la santé, qui est un organisme parrain de services de santé de l’église catholique.

La nouvelle structure, qui a été mise en chantier en 2010. Et au printemps 2014, l’édifice Atrium a ouvert ses portes pour les patients d’Oak Ridge et de Brébeuf.

New entrance to hospital, Atrium Building

 Le bâtiment construit à pointe offre beaucoup plus d’espace dans les zones de patients hospitalisés pour thérapie a groupe et individuelle, des centre d’activités a patients lumineuses et des plus grandes chambres des patients. Le bâtiment aussi unifie le campus avec accès aux édifices de l'Administration et de Toanche et dispose d'une entrée centrale, une boutique de cadeaux, une cafétéria, une piscine, un gymnase et des bureaux pour les départements du développement organisationnel, des ressources de bénévoles et de recherche et enseignement. 

                 
Au milieu de tout cela, dans le cadre d'un processus de création d’une nouvelle image de marque, l'hôpital a changé de nom et est devenu Waypoint Centre de soins de santé mentale. Notre promesse, « Avancer la compréhension. Améliorer la vie. », donne le ton à notre nouvelle vision. 

Au fil des ans, plusieurs immeubles ont été démolis et d’autres construits; d’autres, encore, comme l’édifice administratif, ont subi d’importantes rénovations et servent à d’autres fins. Waypoint continue à s’adapter aux nouvelles thérapies et philosophies de traitement. À l’heure actuelle, l’hôpital compte 301 lits, mais il joue dorénavant un rôle élargi dans la communauté. En effet, Waypoint sert de ressource et offre des programmes pour patients externes, pour la réhabilitation et pour les logements dans la région voisine de Midland. 

Les années ont vu le passage de bon nombre d’immeubles ainsi que de bon nombre d’employés et de bénévoles qui ont consacré leur vie professionnelle ou leurs temps libres à s’occuper des personnes atteintes d’une maladie mentale. La longue tradition de cet hôpital en tant que chef de file dans le traitement de la maladie mentale survit encore grâce à ses 1 200 employés, y compris des médecins spécialisés dans toutes sortes de domaines, ainsi qu’environ 80 bénévoles dévoués.


Remembering Oak Ridge Digital Archive and Exhibit

(en anglais)
The Remembering Oak Ridge Digital Archive and Exhibit serves to preserve and share the forensic history of the Waypoint Centre for Mental Health Care with a web-based digital exhibit where artefacts, photographs, and archival documents are used to demonstrate how treatment practices, security restrictions, and individual experiences both changed and remained consistent from the division's opening in 1933 until the closure of the Oak Ridge building in 2014.

By opening the locked doors, so-to-speak, the aim is to dispel the misconceptions and stereotypes that surround forensic mental health care centres and their clients. The project also provided a rare opportunity to preserve the unique history of Ontario's only maximum-secure forensic hospital served by both the mental health and criminal justice systems.

Click on the image to visit the exhibit.


Remembering Oak Ridge Digital Exhibit and Archive